Le no-poo, quézaco ?

Bonjour mes petites paillettes !

Pour mon premier article qui sera assez long (car j’essaie d’être la plus précise possible), je vais vous parler de la grande aventure du no-poo, c’est-à-dire le fait d’arrêter l’usage du shampooing comme son nom l’indique.

Esquisse de définition:

Tout d’abord, qu’est-ce que le « no-poo » ? Je ne prétends pas en donner la définition exacte, tout d’abord parce que je n’ai pas la science infuse, et aussi parce qu’il existe de multiples débats concernant les diverses variantes et pratiques concernant le soin naturel des cheveux.

Par exemple, il est possible de différencier le no-poo (laver ses cheveux avec des produits naturels) du low-poo (laver ses cheveux avec de l’après-shampoing). Mais d’autres vous expliqueront tout ça beaucoup mieux que moi, c’est pourquoi je vous renvoie à cet article du blog Les cheveux de Mini, blog qui est une vraie mine d’or au passage et qui m’a beaucoup aidé; ou à celui-ci qui détaille plus sommairement les différentes pratiques. Vous voyez déjà qu’il existe des différences de définition entre ces deux articles.

Le no-poo, très brièvement, c’est donc le fait de remplacer un shampooing conventionnel par des ingrédients naturels avec un pouvoir absorbant et/ou lavant. Le but va être d’espacer de plus en plus les lavages afin de rendre à votre cuir chevelu son cycle naturel de production de sébum. En effet le shampooing qui est un produit détergent, pousse le cuir chevelu à produire plus de sébum pour combler ce qu’il lui retire, dans un véritable cercle vicieux.

Pourquoi arrêter le shampooing ?

Il s’agit surtout d’une question éthique. C’est à vous de décider jusqu’à quel point vous voulez aller pour réduire votre impact sur l’environnement et quel « degré de naturel » vous souhaitez offrir à vos cheveux.

Il existe donc de nombreuses manières de prendre soin de ses cheveux de façon plus naturelles et beaucoup beaucoup beaucoup moins agressives que le shampooing du commerce.

Car oui ! Votre shampooing, qu’il soit le plus bas de gamme possible ou qu’il vous coûte la peau des fesses, contient de nombreux ingrédients nocifs pour l’environnement et pour vous. En effet au fil de mes lectures j’ai vite découvert qu’un shampooing qui se vante « sans parabens » ou « sans colorants » contient pourtant beaucoup d’autres ingrédients moins connus mais tout aussi mauvais. D’ailleurs, il en est de même pour la plupart des produits cosmétiques, mais c’est un autre débat…

Les shampooings du commerce, même certains portant la mention « bio », sont en général composés de tensioactifs irritants tels que le Sodium Laureth Sulfate qui est l’un des plus agressifs. J’ai même lu un jour que cet ingrédient servait à nettoyer les moteurs… C’est dire !

Le but est donc de trouver parmi toutes les méthodes existantes celle qui convient le mieux à nos cheveux. Eh oui, les premiers essais ne sont pas forcément concluants ! Je vous parlerai dans un autre article du long chemin que j’ai parcouru avant de trouver ce qui me convient.

Pour prendre soin de ses cheveux, il existe différentes méthodes. Il ne faut pas oublier que si une méthode fonctionne pour quelqu’un, elle ne fonctionnera peut-être pas pour vous. C’est normal, chaque personne a une nature de cheveux unique et il faut trouver ce qui lui correspond; voici les techniques que je connais:

1) Le shampooing bio

Comme dit plus haut, la mention « bio » est large et ne signifie pas systématiquement l’absence d’ingrédients nocifs.

Il ne faut pas non plus se laisser piéger par les marques qui pratiquent le « greenwashing » en vantant le caractère doux voire naturel de leurs produits (et ce de Garnier à Lush en passant par Yves Rocher…). Mais encore une fois, c’est à vous de décider ce que vous acceptez ou non de consommer. Pour ma part j’ai préféré aller au bout de la démarche et choisir quelque chose d’absolument naturel.

Cela dit, certaines gammes bio comme les shampooing Melvita ou Desert Essence, que l’on appelle « clean » (avec uniquement des ingrédients non nocifs) existent. Mini vous en donne d’ailleurs une petite liste ici.

Le meilleur shampooing selon La Vérité sur les Cosmétiques

Si cela vous intéresse, je vous conseille d’aller vérifier les ingrédients de votre shampooing sur le site La vérité sur les cosmétiques, qui est extrêmement complet.

2) Le lavage au bicarbonate de soude

Il s’agit de mélanger du bicarbonate de soude (ou sodium, c’est la même chose; il faut surtout qu’il soit extra fin et ressemble à du sucre glace) avec un peu d’eau, de façon à faire une pâte que l’on étale sur le cuir chevelu (les longueurs n’ont pas besoin de lavage) puis que l’on laisse reposer avant de rincer. Le cuir chevelu ayant un pH acide naturellement, il faut veiller à restaurer celui-ci grâce à une dernière eau de rinçage additionnée d’un peu de vinaigre (de cidre), de jus de citron ou encore de thé vert.

Cette méthode est très efficace pour purifier et clarifier le cuir chevelu, en revanche elle est assez détergente tout de même, et il est conseillé de ne l’utiliser que tous les 10 jours maximum.

3) Le lavage aux poudres de plantes

Pour ce type de lavage, de nombreuses options s’offrent à vous. En effet un grand nombre de poudres de plantes permettent de laver ses cheveux.

Les plus connues sont le sidr et le shikakai, qui possèdent un pouvoir lavant intéressant et plus doux que le bicarbonate.

Il s’agit encore une fois de mélanger un peu de poudre de plante, seule ou associée à d’autres, avec de l’eau (tiède) pour former une pâte. L’eau de rinçage acide est toujours recommandée.

D’autres poudres de plantes comme le kapoor kachli, la poudre de neem, d’orange, d’alma, de brahmi, le bhringaraj, etc… possèdent chacune d’excellentes vertus pour les cheveux. Pour en savoir plus sur chacune de ces plantes et trouver lesquelles pourraient vous correspondre, je vous renvoie aux fiches techniques du site Aroma Zone qui sont très bien faites.

Enfin il est possible de personnaliser son shampooing aux poudres grâce aux associations de différentes plantes, mais aussi grâce à des ajouts qui vont permettre une action spécifique comme l’hydratation (avec du yaourt ou du miel) ou la nutrition (huiles végétales, avocat…), ou encore un traitement spécifique grâce à des huiles essentielles.

4) Le lavage aux argiles

Technique proche du lavage aux plantes mais plus adaptée aux cheveux gras et à tendance grasse, le lavage à l’argile est en effet très efficace pour purifier en douceur le cuir chevelu.

On peut donc bien sûr utiliser les argiles les plus connues comme l’argile blanche ou verte, mais il en existe de nombreuses autres qui ont des vertus spécifiques.

On a également le rhassoul (ou ghassoul) qui est connu pour ses multiples qualités et qui convient à la plupart des natures capillaires.

Rhassoul en morceaux

La méthode est toujours la même: mélanger l’argile à un liquide (eau, hydrolat, crème, infusion…) et l’appliquer sur le cuir chevelu. Le dernier rinçage se fait toujours de préférence avec vinaigre ou citron.

5) Le lavage à l’œuf ou shampoeuf

Ce type de lavage est avantageux car très peu cher et accessible à toutes pour peu que vous disposiez d’œufs dans votre frigo.

L’œuf a un pouvoir lavant car le blanc emprisonne les impuretés tandis que le jaune nourrit.

Certaines personnes considèrent qu’il ne faut utiliser que le blanc sur cheveux gras/racines et que le jaune sur cheveux secs/longueurs, d’autres l’utilisent entier, ou encore additionné d’autres ingrédients bénéfiques pour les cheveux

6) Les noix de lavage et le miel

Il s’agit ici de méthodes encore plus douces. Le miel a un léger pouvoir nettoyant, il faut pour ce faire le laisser poser au moins 2h (une nuit entière est idéale).
Attention, il contient du peroxyde et a donc un pouvoir éclaircissant.

Les noix de lavage sont également capables de nettoyer en douceur le cuir chevelu. Pour cela il faudra faire bouillir quelques noix dans de l’eau avant d’appliquer le mélange tiède sur vos cheveux et de laisser poser 15mn.

6) Les shampooings secs

C’est ce qui va permettre d’espacer les lavages en limitant l’aspect gras aux racines.

Je me suis souvent entendue dire « mais un shampooing sec, c’est juste un cache-misère, ça ne nettoie pas les cheveux !’. Eh bien… Oui et non. Quand on y pense, se laver les cheveux, c’est bien en retirer le surplus de sébum et les impuretés, non ?

Or, les shampooings secs, même ceux du commerce, sont composés en majorité de poudres absorbantes telles que la poudre de riz par exemple. Ces poudres ont un fort pouvoir absorbant qui va permettre d’éliminer le sébum, ce qui est bien le but recherché lors d’un lavage.

Mais pour éliminer un maximum d’impuretés, il va falloir coupler le shampooing sec à un brossage minutieux, de préférence avec un brosse en poils naturels (ou synthétiques) plutôt qu’une brosse en plastique « à picots » par exemple.

Ce type de brosse est idéal.

En pratique, comment fait-on un shampooing sec ? On va choisir une poudre selon sa couleur de cheveux par exemple: les poudres claires (amidon de maïs, farine de pois chiches, poudre d’orange, poudre de riz) pour les blondes, des poudres foncées pour les châtains et brunes (shikakai, brahmi, cacao).
Encore une fois n’hésitez pas à faire des recherches concernant chacune de ces poudres pour trouver lesquelles vous correspondent. En outre, vous pouvez associer plusieurs poudres pour atteindre une couleur proche de vos cheveux.

Ensuite, on va saupoudrer cette poudre aux racines, et massez du bout des doigts pour faciliter la répartition et l’absorption. Après quelques minutes d’attente, on va mettre la tête en bas au dessus d’une baignoire ou du lavabo et secouer ses cheveux à l’aide des mains pour faire tomber les résidus. Enfin, on finit par un brossage pour éliminer le reste de la poudre. Volume garanti, et selon les poudres utilisées, cheveux délicatement parfumés !

7) Le water only

Traduire: « à l’eau seulement », il ne s’agit pas d’un no-poo à proprement parler mais plutôt de l’étape ultime à atteindre pour de nombreuses no-pooeuses. Pour atteindre cette étape, il faut en général avoir réussi à déshabituer ses cheveux aux produits chimiques.

Il s’agit d’une technique élaborée de rinçage des cheveux, extrêmement bien expliquée dans cet article. Lorsqu’on parvient à maîtriser cette technique, adieu toutes les méthodes décrites ci-dessus ! Votre cuir chevelu n’a plus besoin de produits lavants et s’est régulé de manière naturelle.

Cela ne vous interdit pas non plus de faire un no-poo de temps à autre, mais ce n’est pas forcément nécessaire.

Voilà pour les différentes méthodes de lavage que je connais, il en existe certainement d’autres ! Mais cela vous permettra d’avoir déjà un aperçu sur les nombreuses méthodes alternatives au shampooing.

Je vous proposerai dans de prochains articles des recettes de no-poo plus détaillées qui ont fonctionné pour moi ou mon entourage, en attendant j’espère que cet article vous a plu et vous a donné envie d’essayer (si vous ne vous y êtes pas déjà mises !).

Faites-moi part de vos expériences: Avez-vous déjà utilisé des solutions alternatives au shampooing ? Cela vous semble-t-il étrange d’utiliser de telles méthodes ?

A très vite mes petites paillettes !

Sources:
-Groupe Facebook « Communauté no-poo (FR) » (anciennement « No poo & Water only »), c’est d’ailleurs une vraie mine d’or si vous désirer vous lancer ou en savoir plus !
-Fiches techniques Aroma Zone

Publicités

13 réflexions sur “Le no-poo, quézaco ?

    1. Merci ma belle ! J’ai essayé d’y mettre tout ce que je sais, et encore je n’ai pas tout mis ! Mais je prévois une série d’autres articles sur le no-poo !
      Ahah au moins tu es honnête :p ! Moi depuis 6mois et j’avoue que je m’y tiens vraiment :).
      Ravie que ça te plaise en tout cas !

      J'aime

  1. Brosser ses cheveux lorsqu’ils sont secs ça a tendance à les casser. Alors quelle est ta technique pour éviter cela ?

    Deuxième question, depuis que je suis passée au shampoing naturel démêler mes cheveux est devenu un réel problème (je passe une heure). Aurais tu des astuces ?

    Merci

    J'aime

    1. Bonjour Clarisse,
      Il vaut mieux brosser ses cheveux secs que mouillés car quand on vient de les laver les fibres sont détendues, ce qui fait que les cheveux vont casser beaucoup plus facilement si on tire dessus.
      Cependant pour faciliter le démêlage tu peux utiliser des actifs démêlants que tu ajoutes soit dans ton shampooing, soit en faisant un spray démêlant à base d’eau. On a le gel de lin, le lait d’avoine, l’honeyquat et les protéines de soie par exemple. D’ailleurs les cheveux fort emmêlés sont souvent signes d’un manque d’hydratation. 🙂

      J'aime

    1. Bonjour!
      Je pense que cela paraît compliqué parce qu’il existe de nombreuses recettes et ingrédients. L’important est de bien suivre les gestes nécessaires (espacement des lavages, brossage, shamp sec etc) et de ne pas abandonner si la première recette ne fonctionne pas. Il faut le temps de trouver ce qui nous convient et le temps aux cheveux de s’adapter. Mais pas besoin de se mettre la pression pour ça, pas d’inquiétude c’est très intuitif

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s